Projet d’évacuation des ordures de Bamako et Kati : Le ministre Modibo Koné en visite sur les lieux

Le Ministre de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable, M. Modibo Koné a effectué une visite de courtoisie, hier jeudi 5 août 2021, sur les sites de dépôt des déchets à Noumoubougou. Il s’est aussi rendu aux sites de transite au niveau du stade omnisport et de Lafiabougou. Objectif : s’enquérir de l’état d’avancement des travaux d’évacuation des déchets de Bamako initié par le gouvernement de transition. En deux mois des travaux, le ministre s’est dit satisfait du résultat, malgré certaines difficultés sur le terrain.

Le dépôt d’ordures de Noumoubougou, situé à près d’une trentaine de kilomètres de Koulikoro, était la première destination du Ministre de l’Environnement de l’Assainissement et du Développement durable, M. Modibo Koné et sa forte délégation hier jeudi 5 août 2021. Ce gigantesque site de dépôt d’ordures s’inscrit dans le cadre du projet du gouvernement de transition d’évacuer des villes de Bamako et Kati, les tas d’ordures qui les polluent. Et par ricochet, installer des unités de transformation des déchets au bénéfice du Mali et des Maliens.

Déjà, le site reçoit près de 150 à 200 voyages de camions benne par jour, selon certains agents qui y travaillent. Le site est composé d’une large cellule dans laquelle sont versés les déchets. Une cellule interconnectée à bassin qui reçoit les liquides filtrées des ordures. Du fait que les infrastructures sont en plein air, cette saison hivernale a également apporté son lot de difficultés. En plus des eaux de pluie qui inondent la cellule et le bassin, certains engins ont aussi des difficultés d’accéder la cellule à cause de la boue. Le ministre a ensuite relevé d’autres comportements inciviques non seulement des transporteurs de déchets, mais aussi des agents qui assurent le traitement périodique des ordures. Il s’agit du versement des déchets en dehors de la cellule indiquée et du non-respect du délai de la désinfection des ordures comme convenu tous les 5 jours. En conséquence, des habitants des villages environnants s’ennuient souvent de la mauvaise odeur et des mouches.

Sur ce point, le ministre a donné des instructions aux personnels et les services d’hygiènes afin de respecter toutes les instructions à la lettre. Par ailleurs, il a promis prendre très urgemment des dispositions pour que le bassin d’eau usée ne pas débordé par les eaux de pluie. Avant de quitter les lieux, le ministre a recommandé entre autres, la connexion d’électricité soit rétablie, le personnel de gestion du site soit augmenté et que la présence des agents des eaux et forêts soit renforcée sur les lieux.

Après le site de Noumoubougou, le ministre a aussi rendu visite aux sites de transite de Medina Coura, près du stade Omnisport et celui de Lafiabougou conformément à la volonté du gouvernement d’évacuer la capitale et ses environs des grands dépôts d’ordures.

Sur ces sites également, les grandes difficultés liées à la saison pluvieuse sont visibles ainsi que le nombre important de décharges qui se fond chaque jour sur les deux sites.

Malgré cela, les travaux engagés par le gouvernement, il y a deux mois ont porté fruit. Qu’à cela ne tienne, le ministre a encore donné d’autres instructions pour plus organiser les travaux.

Cette visite était une visite de travail pour le ministre afin de tirer les conséquences et mesurer l’impact des activités engagées sur le terrain.

En conclusion, le ministre s’est dit satisfait de sa sortie « parce que j’ai vu que les activités entreprises depuis deux mois ont porté fruit mais nous, notre objectif c’est de faire en sorte que ces dépôts de transite soient vivables. Mais aussi que les dépôts puissent être acheminés très rapidement au niveau de Noumoubougou ».

Selon lui, le gouvernement souhaite avoir d’autres dépôts au niveau de Bamako. « Sur Bamako, nous en avons besoin de 4, dont 2 au niveau de la rive droite et 2 au niveau de la rive gauche » a-t-il indiqué. Au-delà de ça, le ministre indique que l’objectif recherché est d’aller à la valorisation des déchets en installant des industries de transformation des déchets qui pourront produire des engrains , de l’énergie, des gaz etc.

Issa Djiguiba